Pelvoux - Écrins  2018

Forum

Questionner Réagir

 

 

Accès

Plan

05290 Vallouise

Home Accueil
Bilan final
Analyse comparative
Candidature nature
Nouvelles
Projet olympique
Analyse de la candidature
Pays des Ecrins
La Vallouise
L'Argentière-la-Bessée 
Puy-Saint-Vincent station
 
 
Livre d'or  Forums

_______________________________

Candidatures françaises

Sites officiels

Annecy

Grenoble

Nice

Pelvoux

_______________________________

PQR

Dauphiné Libéré

Nice-Matin

_______________________________

Autres sites

_____

CAO

Comité Anti-Olympique

Très actif contre la candidature de Grenoble, il rejette également les jeux ailleurs et vient de faire des émules à Annecy où un CAO vient de voir le jour.

(17 janvier 2009)

_____

Non aux JO de Pelvoux

Un manifeste radical contre la candidature et pour une autre approche.

_______________________________

 

Pelvoux-Écrins.info est indépendant du site officiel de Pelvoux Écrins 2018

Nouvelles

Nouvelles de Pelvoux Écrins 2018, mais aussi plus sommairement des autres pré-requérants.

Ce site ni ne soutient, ni ne s'oppose à aucune des candidatures.

Son but est d'observer, d'analyser et d'informer.

_______________

Comment convaincre le CIO ?

(07 décembre 2012)

Un rapport vient d'analyser les causes des échecs à répétition des candidatures françaises à l'organisation des JO d'été ou d'hiver. Il ne le dit pas ouvertement, mais on lit entre les lignes, la cause principale c'est l'arrogance française qui nous imagine incontournables. Quand on se rappelle que Pelvoux comptait imposer sa façon de penser au CIO !

Un préliminaire incontournable : arrêter les candidatures en désordre venant des villes ou villages et adopter une stratégie nationale. Ceci dit, le préalable consisterait d'abord à répondre à la question : les Jeux, pourquoi faire ?

Article dans l'Équipe

   

Retour sommaire

Annecy humilié

(Juillet 2011)

Annecy a subi une véritable humiliation lors du vote  du CIO pour la désignation de l'organisateur des Jeux Olympiques d'hiver en 2018. Les jeux ont été attribuées à Pyeongchang en Corée du Sud qui faisait figure de grand favori. Déjà rattrapée de justesse en simple faire-valoir il y a un an, la candidature d'Annecy a été logiquement et sèchement éliminée lors du vote final. Malgré un dossier sportif intéressant mais avec des impacts environnementaux non négligeables, la candidature a failli sur les deux points cruciaux : le management du projet et la géopolitique.

On ressent encore plus avec le recul, la terrible faiblesse de la candidature de Pelvoux, en complet décalage avec la conception du CIO. Elle n'aurait probablement même pas été retenue pour concourir si d'aventure elle n'avait pas été laminée au niveau national.

France Soir : Un fiasco bien français

Le Monde : Erreurs typiquement françaises

Le Point : La France repart de zéro

Ce dernier article insiste sur le fait que le CNOSF doit arrêter de se laisser mener par des décisions locales et doit désormais couper l'herbe sous le pied de tous ceux qui voudraient prendre une décision à sa place. Finis donc les bateleurs et autres illusionnistes qui définissent les critères de sélection par eux-mêmes et reprochent ensuite au CNOSF et au CIO de ne pas les appliquer.

En voici un bel exemple avec Christian Estrosi, maire de Nice, qui ne trouve rien de mieux que de critiquer vertement le CNOSF en évoquant une possible nouvelle candidature de sa ville : Je regrette que la candidature de Nice et des Alpes du Sud n’ait pas été jugée à sa juste valeur en 2009 par les membres du CNOSF. Je regrette que les critères de sélection du CNOSF n’aient pas mis en valeur l’originalité de notre concept, la dimension internationale incontournable de Nice Côte d’Azur et les garanties financières que nous étions en mesure d’assumer.

Et un autre avec Jean-Marc Passeron : Ce qui est certain c’est que, si notre projet avait été retenu dans la primaire française qui a précédé, les Alpes du Sud auraient porté un message encore plus fort et novateur pour des coûts ô combien plus légers. Même en cas de défaite, nous en sommes encore plus persuadés aujourd’hui, notre démarche atypique et économe et notre dossier novateur (perçu souvent comme décalé) auraient constitué une autre victoire. Ils auraient permis en effet à la France d’adresser un message au monde entier sur la nécessaire prise de conscience du développement durable dans un monde qui a changé : faire des Jeux différents tout en respectant les préconisations et impératifs de l’organisation.

Et oui, à peine l'humiliation d'Annecy subie, Christian Estrosi pour Nice et Jean-Marc Passeron pour les Alpes du Sud remettent le couvert ! C'est pour le moins déplacé et précipité.

 

   

Retour sommaire

Jeux interdits (?)

(Mars 2010)

A l'occasion de l'anniversaire de la présentation de la candidature nature de Pelvoux au CNOSF, Sylviane et Jean-Marc Passeron ont donné leur version de l'histoire dans un livre au titre évocateur Jeux interdits. Ce mauvais jeu de mots, sans rapport avec la candidature et que les auteurs prestigieux des préfaces se gardent bien d'approuver, voudrait laisser croire à l'existence d'un complot contre la candidature de Pelvoux que le livre évidemment ne peut prouver. Chausse-trapes politiques haut-alpines, oui, mais résultant de l'erreur stratégique majeure de Jean-Marc lui-même de se lancer dans la politique au lieu de chercher à fédérer toutes les énergies du département et au-delà. Pour la conclusion, nul besoin de crier au complot, l'analyse objective du dossier était hélas suffisante pour écarter toute chance de succès. Ils le laissent d'ailleurs entendre à demi-mots.

Ce fut une belle aventure néanmoins, mais dont il ne reste pratiquement rien sur le terrain. Sylviane et Jean-Marc Passeron l'auront animée avec une passion envahissante pour les autres et dévorante pour eux-mêmes. Ils ont droit à un coup de chapeau pour cela. Mais Pelvoux n'a été pour eux qu'un instrument, car ils ne cachent pas dans leur livre qu'ils ne connaissaient absolument pas le Pays des Écrins et encore moins la Vallouise et Pelvoux.

Leur livre donne malheureusement l'impression d'une aventure toute personnelle sans beaucoup de considération pour ceux qui ont travaillé avec eux et et où l'autocritique manque cruellement.
 

   

Retour sommaire

Analyse et bilan

(10 mai 2009)

La défaite est sévère pour Pelvoux. Certes, aucun observateur dépassionné et même l'équipe candidate ne pensaient réellement que la candidature de Pelvoux l'emporterait, néanmoins la fanny est cruelle. Les réactions désordonnées et les petites phrases assassines à l'égard du rapport du CNOSF avec même une menace de procès ont complètement annihilé la sympathie qu'avait suscitée la candidature. Cette perte de sang-froid est l'indication d'une équipe en surchauffe et aux taquets qui avait atteint ses limites. Les conséquences en sont graves car le Pays des Écrins est probablement durablement grillé auprès du CNOSF pour organiser d'autres manifestions comme certains l'ont évoqué un peu hâtivement.

Dans la vallée, le soufflé est immédiatement retombé. Les partisans se sont tus et les opposants qui auparavant n'osaient rien dire ont à peine poussé leur avantage. Tout le monde est très vite passé à autre chose en oubliant complètement  la belle aventure qui venait de se terminer en eau de boudin. Plus grave, les élus aussi ont tourné casaque et n'ont pas voulu prolonger la dynamique de la candidature, confirmant indirectement que les limites avaient été atteintes.

 

   

Retour sommaire

Annecy emporte la décision

(18 mars 2009)

Il n'y aura pas eu beaucoup de suspens lors de la réunion du CA du Comité national olympique et sportif français, CNOSF. La ville d'Annecy a été désignée dès le premier tour pour représenter la France en tant que ville requérant l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver en 2018.

Annecy 2018

La désillusion est énorme pour Pelvoux qui n'a convaincu aucun membre du CA de la solidité de sa candidature.

Le résultat était à vrai dire attendu après le rapport de la commission d'évaluation. Annecy et Grenoble avait viré en tête. Le léger avantage de Grenoble s'est vite effrité après la mise en évidence d'une surnotation de la part de la commission et de liens entre le cabinet mandaté et la candidature de Grenoble.  Du coup, Nice arrive second mais sans peser sur le résultat final. Par contre, Pelvoux n'a obtenu aucune voix, comme le laissait hélas présagé les conclusions du rapport, qui étaient malheureusement globalement réalistes.

CNOSF

  Dauphiné Libéré

Retour sommaire

Pelvoux joue son va-tout

(14 mars 2009)

Mauvaises réactions de Pelvoux après la publication du rapport le mettant en dernière position. La colère, cette mauvaise conseillère, et la contestation du rapport et des critères pourraient définitivement couler la candidature et réduire l'élan de sympathie dont elle fait l'objet.

Certes le rapport est critiquable sous plusieurs aspects : Grenoble est notoirement sur-noté par rapport aux commentaires ; plusieurs approximations et erreurs surprennent mais restent à la marge ; la 'note de gueule' finale, surprenante et bâclée,  ne rajoute rien par rapport à la synthèse des notes. Mais les conclusions restent pertinentes prises dans leur ensemble.

Dauphiné Libéré

  AFP

Retour sommaire

_______________

Annecy et Grenoble en finale

(13 mars 2009)

Le rapport de la commission d'évaluation du CNOSF est quasiment sans appel pour Pelvoux qui, selon elle, n'a pas la capacité à accueillir les jeux, et pour Nice qui présente des faiblesses telles que la faisabilité est en cause. Pelvoux est donc recalé et Nice, qui bénéficie encore d'un sursis, est bien mal parti. La décision se fera donc entre Annecy et Grenoble sur lesquels aucun commentaire n'a été fait.

La note finale de Pelvoux est de l'ordre de 4.5, celle de Nice un  peu supérieure à 6 et celles d'Annecy et Grenoble entre 7 et 8, la note de référence correspondant à la capacité minimale d'une ville à accueillir les Jeux Olympiques ayant été fixé à 6. S'il y  a photo pour les 2 premières places, il n'y a malheureusement pas photo pour les 2 dernières.

Les faiblesses des deux candidatures de Nice et Pelvoux mises en avant dans l'analyse comparative l'ont donc emporté sur la politique médiatique pour Nice et sur la prise de risque pour Pelvoux.

Toutefois, le vote final portera sur les 4 dossiers, une surprise est donc encore possible mais finalement peu probable tant cela correspond à l'analyse des observateurs dépassionnés.

20 minutes.fr

  Le Figaro

Retour sommaire

_______________

Terrible douche froide pour Pelvoux à J-5

(13 mars 2009)

Terrible verdict de la commission d'évaluation du CNOSF qui vient de publier son rapport : la candidature de Pelvoux n’a pas à l’heure actuelle la capacité requise pour accueillir les Jeux olympiques de 2018, et pour passer l’étape de présélection du CIO.

20 minutes.fr

 

Retour sommaire

_______________

Pelvoux-Écrins 2018 : La tension monte

(12 mars 2009)

La tension monte à 6 jours de la désignation de la ville française requérante à l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver de 2018. Les jeux sont maintenant faits, la désignation ne dépend plus que du vote des membres du CNOSF et tout le monde croise les doigts.  La candidature a recueilli beaucoup de sympathie auprès des touristes et semble largement soutenue par la population locale et la population des Hautes-Alpes à 81 %. Mais une manifestation d'opposition a tout de même réuni une quarantaine de personnes à Pelvoux et le web s'est enflammé entre partisans et opposants avec des arguments des deux bords plus passionnés que raisonnés.

Le groupe de soutien de la candidature de Pelvoux-Écrins 2018 sur Facebook, organise des rassemblements vendredi 13 mars à 13h13 à Pelvoux, Marseille et Paris et invite à venir en tenue de ski ou de montagne.

Une candidature crédible 

Retour sommaire

_______________

Informations connexes : deux reconnaissances internationales de la part de la Convention Alpine

L'Argentière : Primé pour son développement durable

Pelvoux : Primé pour son audit environnemental

_______________

Moutain Wilderness opposé à l'organisation des jeux

(2 mars 2009)

Mountain Wilderness affirme son opposition à l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver dans les Alpes françaises. Il défend dans un communiqué une montagne dont la plus grande richesse est son environnement préservé, vivant toute l'année d'un ensemble d'activités économiques durables, dont l'accueil touristique n'est qu'une composante. Il considère que les Jeux Olympiques font la promotion exclusive d'activités sportives artificielles, élitistes et déconnectées de l'environnement de montagne, à l'opposé de pratiques responsables et respectueuses du milieu.

Source Moutain Wilderness

 

Retour sommaire

_______________

Alpes Magazine s'emballe pour Pelvoux : Une candidature en or

(26 février 2009)

Alpes Magazine affiche son soutien à Pelvoux dans son numéro de Mars-Avril 2009 : Des femmes et des hommes motivés et attachants portent ce projet à bout de bras et nous rappellent que le cœur des Alpes bat aussi au sud de Grenoble. Nous ne pouvons qu'avoir envie de les soutenir et que Pelvoux porte fièrement le drapeau des Alpes françaises auprès du CIO.

Un article, assez dans le ton de ce site,  se félicite d'un cadre qui renouerait avec la montagne et vient étayer la déclaration de l'édito de son rédacteur en chef.

 

 

Retour sommaire

_______________

Espoir pour le tunnel sous le Montgenèvre

(15 février 2009)

L'étude de faisabilité du tunnel ferroviaire sous le Col de Montgenèvre a progressé lors de la Conférence Intergouvernementale des Alpes du Sud. Ce tunnel pourrait voir sa réalisation accélérée si la candidature de Pelvoux était retenue par le CNOSF.

Source La Provence

 

Retour sommaire

_______________

4000 soutiens à Paris en courant

(15 février 2009)

Les 4000 cartes de soutien à la candidature de Pelvoux seront apportées au CNOSF par des coureurs à pied qui vont se relayer entre Pelvoux et Paris sur 700 kilomètres à parcourir en 5 jours. Départ de Pelvoux le 16 février et arrivée à Paris le 20.

Source Dauphiné Libéré

 

Retour sommaire

_______________

Marseille s'engage pour Pelvoux

(15 février 2009)

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a souhaité que Pelvoux gagne face à Annecy, Grenoble et Nice. Il a bien compris que l'aménagement des accès et des moyens de communication indispensables au projet permettrait par la même occasion une accélération significative des desseins de Marseille, dans un positionnement de capitale euro-méditerranéenne, au détriment de ... Nice.

Source France 3 Méditerranée

  Source Dauphiné Libéré

Retour sommaire

_______________

Soutien de la CIPRA

(12 février 2009)

Difficile de ne pas voir un soutien à la candidature de Pelvoux dans l'article de la  CIPRA, Commission Internationale pour la Protection des Alpes.

« Avec un slogan tel que " et si on faisait les Jeux d'hiver à la montagne ? ", la candidature de Pelvoux-Vallouise interpelle et se positionne comme un projet de territoire issu de la montagne pour la montagne et son développement durable. Seul projet international via la réutilisation d'infrastructures mises en place lors des JO de Turin en 2006, ses engagements apparaissent comme exemplaires au regard de la Convention alpine et novateurs pour une manifestation telle que les JO d'hiver : grande compacité du site, schéma de transport doux structuré autour d'une Voie Olympique Ferroviaire, dispositions d'économies énergétiques, reconversion de tous les sites dans une logique de complémentarité été/hiver, utilisation rationnelle de l'eau, etc. Avec un budget de candidature deux fois moindre que ses concurrentes, Pelvoux-Vallouise espère redonner à l'olympisme visage humain et authenticité.
On ne peut que se réjouir de l'annonce de tels projets de candidature " durable ". Encore faudrait-il que ces engagements deviennent réalité. Car en matière de durabilité, les Jeux Olympiques, qu'ils soient d'été ou d'hiver, ont enregistré peu de records par le passé. »

Évidemment comme sur ce site, la CIPRA s'interroge : « On ne peut que se réjouir de l'annonce de tels projets de candidature " durable ". Encore faudrait-il que ces engagements deviennent réalité. Car en matière de durabilité, les Jeux Olympiques, qu'ils soient d'été ou d'hiver, ont enregistré peu de records par le passé. »

L'article de la CIPRA

 

Retour sommaire

_______________

Soutien du Pays de la Meije

(06 février 2009)

Le Pays de la Meije (canton de la Grave) apporte sou soutien à la candidature de Pelvoux. Il interviendra en tant que site de ski alpinisme en démonstration ou en sport olympique, si cette discipline le devient d’ici 2018. Il organisera également un festival de glisse en liberté à vocation pédagogique, visant à rassembler les nouvelles disciplines de glisse hors piste, pour une pratique responsable et respectueuse de la montagne, si chère au territoire, et un grand festival culturel, dans la lignée du Festival Messiaen au Pays de la Meije.

 

 

Retour sommaire

_______________

Liaison Serre Chevalier - Montgenèvre

(22 janvier 2009)

Première conséquence de la candidature de Pelvoux avec Montgenèvre et Serre Chevalier comme sites olympiques éventuels, des projets immobiliers à Briançon et à Montgenèvre et une liaison téléportée entre Briançon et Montgenèvre. Celle-ci permettrait de rattacher les pistes de Serre Chevalier à la Voie Lactée.

 

 

Retour sommaire

_______________

Présentations au CNOSF

(21 janvier 2009)

Au final, 4 présentations de bonne à très bonne facture qui permettent de confirmer qu'il y aura bien une ville requérante française à l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver en 2018.

Plus de détails dans les 4 brèves qui suivent.

Dépêche de l'AFP

  Les présentations

Retour sommaire

_______________

Grenoble : Les jeux, un accélérateur de projets

(21 janvier 2009)

Lors de sa présentation au CNOSF, le comité de candidature de Grenoble ont insisté sur son esprit innovant avec des déplacements en bus, tramways, voitures électriques et câbles. Ainsi des liaisons par câble sont envisagées entre Grenoble et Chamrousse, Grenoble et le Vercors et Bourg-d'Oisans et l'Alpe d'Huez.

Prestation professionnelle, sans surprise, avec une trop longue intervention finale de Pierre Mazeaud, trop soucieux de coller aux déclarations de Henri Sérandour, le président du CNOSF. Au final, un brin de suffisance, du type c'est nous les meilleurs, a terni la présentation.

 

 

Retour sommaire

_______________

Nice : La montagne, partie vivante de Nice

(21 janvier 2009)

Citation de Max Gallo lors de la présentation de la candidature de Nice pour bien montrer les liens forts qui existent entre la ville et son arrière-pays. Lors de sa présentation au CNOSF, le comité de candidature a insisté sur la complète maîtrise d'ouvrage par la ville ou le conseil général de tous les sites et de toutes les infrastructures et sur sa volonté de développer un réseau de transport en commun à base de train et tramway. L'arrivée de la descente en plein coeur du village de Saint-Étienne-de Tinée a été souligné, mais il faudra pour cela tracer une nouvelle piste dans les bois. Il faudra également créer ex nihilo une piste de bobsleigh également à Saint-Étienne-de-Tinée, deux gros points faibles du dossier niçois.

Au final, une prestation un peu décevante, malgré le lyrisme de Max Gallo. Ambiance stressante du début à la fin. L'arrière-pays niçois est montagneux, on sait. Pas honnête, la question téléphonée de Chistian Bimes, président de la FFT.

 

 

Retour sommaire

_______________

Annecy : L'expertise des grands événements

(21 janvier 2009)

Lors de sa présentation au CNOSF, le comité de candidature d'Annecy a insisté sur ses sites exceptionnels, son expertise des grands événements, sportifs mais pas exclusivement et sur les accès sécurisés parce que doublés à tous les sites. Il a fait valoir que 70 % des sites de compétition existent en configuration Coupe du monde, de même que 100 % des hébergements et des réseaux de transport, en insistant sur la coopération transfrontalière avec Genève et sa région.

Prestation d'un haut niveau, sans esbroufe, très pro et très fournie sur le fond. Ce pourrait être le vainqueur du jour, mais quasi ex-æquo avec Pelvoux.

 

 

Retour sommaire

_______________

Pelvoux : L'esprit montagne

(21 janvier 2009)

Lors de sa présentation au CNOSF, le comité de candidature de Pelvoux a insisté sur le fait qu'il n'y aurait ni nouvelle UTN, ni nouvelle réserve collinaire et que très peu de nouveaux équipements ou aménagements nouveaux seront à réaliser. Le caractère transfrontalier de la candidature a été mis en avant, de même que le choix délibéré de ne pas avoir prévu d'épreuves dans des secteurs sensibles telle que la vallée de la Clarée qui aurait pu prétendre à organiser les épreuves de ski de fond.

Impressionné par la prestation, d'un grand professionnalisme, bien orchestrée, très équilibrée, d'une sereine assurance, sans complexe. Et voir, Gérard Sémiond, en costard/cravate, faut en profiter !

 

 

Retour sommaire

_______________

Large soutien des habitants du nord des Hautes-Alpes

(19 janvier 2009 - mise à jour 20 janvier 2009)

La candidature de Pelvoux est largement soutenue à 81 % par la population du nord des Hautes-Alpes et même à 96 % par les 18-24 ans, selon un sondage réalisé par l'IFOP au début du mois de janvier. À la question : Êtes-vous très favorable, assez favorable, assez défavorable ou très défavorable à la candidature de notre région derrière Pelvoux aux Jeux Olympiques d'Hiver de 2018 ? 48 % et 33 %, sous-total 81 %, ont répondu respectivement très favorable et assez favorable, contre 9 % et 10 %, respectivement assez défavorable et très défavorable. L'enthousiasme est plus mesuré dans le Pays des Écrins, le plus concerné et où les craintes sur le financement et les impacts locaux sont les plus fortes, avec encore tout de même 75 % d'opinions favorables.

La collaboration avec l'Italie est plébiscitée à 92 % et une candidature qui s'appuie sur le développement durable est approuvée à 82 %.

Même sourire du côté d'Annecy où un sondage similaire donne encore un meilleur score de soutien.

Quant à Grenoble, l'opposition locale est vive et occupe le devant de la scène, bizarrement abandonné par les organisateurs contraints d'annoncer la carte des sites à un parterre de people à ... Paris !

Même le quotidien local, le Dauphiné Libéré, bien que membre du conseil d'administration de l'association Pro-Grenoble 2018, rassemblement du monde économique grenoblois pour la candidature de Grenoble, reste sur la réserve et parle beaucoup plus de celles d'Annecy et de Pelvoux dans ses éditions locales.

À Nice, on assiste à un vrai matraquage qui est même monté jusqu'à Paris dans les couloirs du métro. Le quotidien local Nice-Matin impose le rythme en s'assimilant complètement à la candidature et les voix discordantes peinent à se faire entendre. Les opinions favorables et ceux qui y croient sont passés respectivement de 73 et 51 % à 81 et 61 %.

 

 

Retour sommaire

_______________

Présentation des projets au CNOSF

(19 janvier 2009, mise à jour : 21 janvier 2009)

Les  4 pré-requérants auront 45 minutes pour présenter leur projet au CNOSF le 21 janvier 2009. Commencera alors une phase d'étude et d'analyse des dossiers pour préparer la décision finale prévue le 18 mars 2009. Soit aucune candidature n'est retenue et la France ne présentera pas de candidat, soit l'un des 4 projets est retenu pour postuler à l'organisation des JO d'hiver 2018.

Lire ci-dessus pour Pelvoux, Annecy et Nice (je n'ai malheureusement pas pu voir la présentation de Grenoble , prévenu trop tard, et reprend donc simplement son projet).

 

 

Retour sommaire

_______________

La candidature a changé de dimension

(19 janvier 2009)

C'est la conclusion de l'Express qui consacre une page à la candidature atypique de Pelvoux qui est passée en quelques semaines de la candidature sympathique, mais destinée à perdre, à la candidature sympathique qui pourrait l'emporter.

L'Express n°3002

 

Retour sommaire

_______________

Réponse à propos du financement par le CG05

(16 janvier 2009)

Le président du Pays des Écrins, également président du comité de candidature répond à Vallouimages à propos du financement de la candidature de Pelvoux par le CG05 évoqué dans la brève du 20 décembre :

Pour ce qui est de la part prise au contrat de territoire pour financer notre candidature au JO de 2018. Nous avons pris une partie de crédits que nous aurions de toutes manières perdus, car dans l’impossibilité de les réaliser avant l’expiration du contrat de territoire. Ces fonds ont été répartis sur cette candidature et pour partie sur d’autre projet d’assainissement qui eux sont dans les temps.

 

 

Retour sommaire

_______________

Bonnes et mauvais manières

(15 janvier 2009)

Grenoble en pleine farce informatique, c'est le titre de l'article de Nice-Matin au lendemain (07 janvier 2009) du canular du vrai faux-retrait de Grenoble et dans lequel il est fait largement état des dissensions locales.

Le site grenoble-2018.fr , qui a été réservé dès juillet 2005 (!) par une entreprise annecienne, fait l'article pour la candidature d'Annecy et non pour Grenoble et bien sûr reprend l'article de Nice-Matin.

Info-montagne pose la question Grenoble piraté par Annecy ? ou canular grenoblo-grenoblois ?

On pourrait aussi relever l'exploitation discourtoise qu"en fait Nice-Matin.

Pendant ce temps, le site officiel grenoble2018.fr s'étoffe lentement ...

Le site internet de Nice qui a bidonné une photo de la ville en supprimant la mer et ajoutant des photos de montagnes proches se prend de pleine volée un article du Canard Enchaîné sur le thàme de Chamonice.

 

 

Retour sommaire

_______________

Parler l'olympique

(15 janvier 2009)

Attention, il faut savoir parler l'olympique pour bien suivre le déroulement des opérations : Annecy, Grenoble, Nice et Pelvoux ne sont pas candidats, mais pré-requérants ; le CNOSF ne désignera pas le candidat pour la France, mais le requérant ; c'est le CIO qui désignera les 3 candidats à l'organisation des JO en sélectionnant les 3 meilleurs  requérants.

La phase franco-française actuelle est la phase de pré-requérance, la phase suivante sera la phase internationale de requérance avant la phase finale de candidature à 3.

Évidemment, on ne s'arrêtera pas ici à ces subtilités sémantiques ridicules.

L'olympique ne doit pas être confondu avec l'olympiquement correct, mode d'expression qu'il est de bon ton d'utiliser en ce moment sur les 4 sites pré-requérants et qui présente l'avantage de cacher ce que l'on pense.

 

 

Retour sommaire

_______________

Le Dauphiné Libéré n'exclut plus Nice

(15 janvier 2009)

Après Annecy et Pelvoux, le Dauphiné Libéré se penche sur la candidature de Nice :

Dernier à s'être lancé dans la bataille, le projet niçois, qui faisait sourire au début, a gagné en légitimité, malgré l'éloignement des stations de ski. Avec un concept mer-montagne séduisant, comme Vancouver et Sotchi, villes hôtes des JO 2010 et 2014, et une volonté de jouer la carte de l'Union de la Méditerranée.

Bien sûr, il pointe le doigt sur deux gros défauts de cette candidature :  l'éloignement des sites, voire leur difficulté d'accès en citant la fermeture de la route d'Isola 2000 en décembre, et la nécessité de construire une piste de bobsleigh et des tremplins, mais conclut de façon sibylline que la différence ne se fera pas sur le dossier technique ...

Nice mise sur la grande bleue

 

Retour sommaire

_______________

Genève soutient Annecy

(14 janvier 2009)

Un temps candidat, Genève apporte son soutien actif à Annecy, avec notamment son infrastructure hôtelière et son aéroport international. Lyon Saint-Exupéry s'est également mis à la disposition d'Annecy.

Source Dauphiné Libéré

 

Retour sommaire

_______________

Présentation du projet grenoblois

(14 janvier 2009)

La carte des sites olympiques de Grenoble 2018 a été présentée en grande pompe, non pas à Grenoble aux grenoblois, mais à Paris aux 'people', certainement plus intéressés que les premiers !

Il y aurait 4 grands pôles : le Vercors, avec  les épreuves de biathlon, de saut et de combiné nordique à Autrans et de ski de fond à Méaudre ; l'Oisans avec les épreuves de ski alpin à l'Alpe d'Huez (slalom spécial) et aux Deux-Alpes où se dérouleraient les descentes sur la piste du Diable, et une partie des épreuves de snowboard ; Grenoble-Chamrousse avec les épreuves de freestyle et le reste du snowboard à Chamrousse, et tous les sports de glace (patinages artistique et de vitesse, short-track, hockey sur glace, curling) à Grenoble et agglomération (pôle sud, palais des sports, Alpexpo) ; la Plagne où les équipements de Macot seraient utilisés pour le bobsleigh, la luge et le skeleton. Le village olympique se situerait à l'Esplanade, porte de France.

On note donc la réutilisation de la piste de bob de la Plagne malgré son éloignement, qui figure ainsi dans les deux projets concurrents d'Annecy et de Grenoble.

La Chartreuse reste en réserve pour l'entraînement, Villard-de-Lans pour l"hébergement, quand aux Sept-Laux, ils comptent bien bénéficier de la désaffection des touristes pour les stations olympiques !

Le TGV pourrait aller jusqu'à Vizille et des navettes électriques prolongeraient jusqu'à Bourg-d'Oisans. Des transports par câble seraient prévus entre Grenoble et Chamrousse, Bourg-d'Oisans où serait construit un village olympique de 850 lits et l'Alpe d'Huez, et peut-être entre Grenoble et le Vercors.

Source Dauphiné Libéré

 

Retour sommaire

_______________

Transport par câble dans la Vallouise ?

(12 janvier 2009)

La question du transport des concurrents et des spectateurs reste ouverte. Si la dorsale ferroviaire est acquise, au moins sur le papier, la liaison avec les sites reste encore floue. On parle d'une liaison par câble entre la gare de l'Argentière et Pelvoux [DL, indiscrétion du 12/01/09] et le télésiège entre Vallouise et Puy-Saint-Vincent ressort des cartons.

On peut s'interroger sur la nature d'une liaison par câble entre l'Argentière et Pelvoux (tram, télé porteur ou autres). Telle que formulée, elle ne peut correspondre qu'à une infrastructure lourde et démesurée pour 2 semaines de jeux qui laisse dubitatif. Attendons donc des précisions complémentaires.

 

 

Retour sommaire

_______________

Grand messe de soutien à Pelvoux

(11 janvier 2009)

Tous les soutiens de la candidature de Pelvoux étaient présents ou représentés sur le front de neige de la station. Maires français et italiens, président du CG06, adjoint de la ville de Marseille, représentants du monde économique, sportifs et dirigeants sportifs, tous sont venus  montrer leur unité autour de la candidature lors d'une fête bon enfant qui a réuni un nombre important d'habitants de la vallée et qui s'est clôturé par un feu d'artifice aux couleurs olympiques.

Au delà des rôles de composition des uns et des autres, le plus important de la soirée a sans doute été le soutien sonnant et trébuchant de Véolia qui serait fortement impliqué dans les liaisons propres entre les gares et les sites.

Cette manifestation a offert à France Inter l'occasion de rédiger un dossier sur la candidature verte de Pelvoux :

Un dossier technique plutôt bien ficelé. Pas de dépenses inutiles d’argent public -le budget avoisinerait les 250 millions d’euros en cas de victoire- 100 millions de moins que Vancouver 2010 et des milliards de moins que Sotchi en Russie dans 5 ans.

Ici, pas de gigantisme, pas de palaces cinq étoiles. Ici, la nature, l’environnement, le savoir vivre montagnard, la simplicité, le terroir sont mis en avant.

Et une volonté, que dans les Hautes-Alpes les valeurs écologiques rejoignent celles de l’olympisme. Ce qui fait de Pelvoux une candidature vraiment particulière.

Quoiqu’il arrive, le village des Écrins a déjà gagné la bataille de l’image et une reconnaissance nationale.

France Inter est d'accord avec le Dauphiné Libéré sur ce dernier point.

France Inter

 

Retour sommaire

_______________

Mépris grenoblois

(10 janvier 2009)

Après l'arrogance niçoise, le mépris grenoblois dans l'oubli de Pelvoux dans la liste des candidats par Michel Destot, député-maire de Grenoble, et André Vallini, président du CG38 dans une lettre commune. Sa redoutable concurrence n'est pas prise en compte.

Source Dauphiné Libéré

 

Retour sommaire

_______________

Le Dauphiné Libéré encense Annecy et enfonce Pelvoux

(09 janvier 2009)

Il suffit de comparer les deux résumés pour savoir à quoi s'en tenir :

Forte du dossier technique actuellement le plus abouti parmi les quatre projets français, la candidature d'Annecy - Haute-Savoie mise sur son terrain de jeu naturel et une organisation raisonnable. Avec l'espoir que le Comité international olympique cesse d'attribuer les Jeux à de grandes agglomérations.

Annecy la joue nature [Dauphiné libéré, 09 janvier 2009]

Jamais une commune de 440 habitants n'avait demandé à organiser les JO. Pelvoux - Les Écrins symbolise un retour aux sources de l'olympisme. Avec toutefois peu de chances de remporter la primaire franco-française. Mais le simple fait d'y participer s'avère en soi déjà une victoire pour les Alpes du sud.

Pelvoux a déjà gagné [Dauphiné libéré, 06 janvier 2009]

En bon stratège, Annecy se positionne sur le même créneau que Pelvoux : petite agglomération, dans la lignée de Lillehammer, candidature de rupture, pour ne pas employer le retour aux sources de Pelvoux, projet authentique, naturel et durable.

Quant à Pelvoux, le journaliste enfonce le clou dans ses réponses aux réactions :

Concernant la distance entre les sites, vous savez sûrement qu'on parle plutôt en temps de trajet en montagne qu'en kilomètres. Et à ce sujet, je ne garde pas forcément un très bon souvenir de l'accès à Pragelato pendant les JO de Turin. Même chose concernant les transports: Pelvoux - Les Écrins n'est pas la seule candidature à vouloir mettre en avant le ferroviaire voire d'autres modes de déplacement hors routier.

Attendons le 18 mars pour juger de l'audace et de l'imagination du CNOSF. Mais ce n'est pas faire preuve de condescendance, ni d'être subjectif, que de rendre compte d'un sentiment général exprimé plus ou moins ouvertement par des responsables du mouvement sportif français, dont certains voteront le 18 mars. Dire que Pelvoux est le petit poucet de cette bataille franco-française et a peu de chances de remporter cette primaire ne reflète qu'une réalité. Qu'elle vous plaise ou non.

Dur, dur. Mais il faut se rappeler cette info pour atténuer l'avis abrupt du Dauphiné Libéré.

 

 

Retour sommaire

_______________

Façade verte à Nice ?

(08 janvier 2009)

À trop vouloir démontrer, on finit par se prendre les pieds dans le tapis. C'est ce qui arrive à Nice qui vante les possibilités de dépose en hélicoptère à partir de Castérino sur son site internet. Cette activité interdite en France fait pour le moins désordre pour une candidature qui se voudrait écologique à ce que Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Moriset ont appelé un éco-événement.

Source Nice 2018

 

Retour sommaire

_______________

Vrai faux-retrait de la candidature de Grenoble

(07 janvier 2009)

Canular à Grenoble avec l'annonce du retrait de la candidature par un faux communiqué de presse qui illustre les difficultés que rencontre la candidature pour s'imposer dans sa région.

Nice-Matin y est allé d'un commentaire goguenard qui manque par contre singulièrement de fair-play.

Source Nice-Premium

  Relation Nice-Matin

Retour sommaire

_______________

Serre Chevalier : Retour aux sources à l'envers

(05 janvier 2009)

Serre Chevalier, pourtant partie prenante dans la candidature de Pelvoux, prend le contre-pied du retour aux sources en renommant la station Serre Chevalier Valley. On ignorait les sources anglo-saxonnes de la vallée de la Guisane !

 

 

Retour sommaire

_______________

Nouveaux soutiens italiens

(05 janvier 2009)

La région italienne du Piémont et la province de Turin ont apporté leur soutien à la candidature de Pelvoux.

 

 

Retour sommaire

_______________

Arrogance niçoise

(05 janvier 2009)

Lu sur Nice-Premium : l'anecdotique village de Pelvoux ! En général, quand on ne respecte pas ses concurrents, on se vautre. Mais toujours pas de projet sur le site officiel de la candidature de Nice ...

Pelvoux Écrins 2018 a répondu sèchement en commentaire (mise à jour le 6 janvier 2009) :

L’anecdotique Village de Pelvoux.... après avoir fait un sujet sur le 13h00 de TF1 en mentant sur l’ouverture de sa station...après avoir fait une campagne de pub dans le métro en faisant référence aux jeux Olympiques, ce qui est interdit... après que certains "sportifs" aient dénigrés sur des antennes radio certains autres sites, ce qui est interdit,... en s’associant à un titre de Presse, ce qui est interdit... bref, dans le mensonge et le dénigrement, Mesdames et Messieurs de Nice vous allez perdre ! Car un projet de Candidature aux Jeux Olympiques d’hiver se construit sur les pistes et sur la glace, pas dans des bureaux sur la promenade des Anglais !

 

 

Retour sommaire

_______________

Projet olympique dévoilé

(23 décembre 2008)

La présentation officielle du projet olympique de Pelvoux-Écrins 2018 a eu lieu le 24 décembre 2008 sur le front de neige de Pelvoux.

Une nouvelle présentation aura lieu au même endroit le 10 janvier 2009 à 17 heures en présence de tous les soutiens politiques, économiques et sportifs.

Projet olympique

 Carte des sites

Retour sommaire

_______________

Pelvoux-Écrins 2018 : Quels soutiens de la PQR ?

(23 décembre 2008)

Alors que Nice-Matin s'est complètement engagé derrière la candidature de Nice, le  le Dauphiné Libéré quotidien local garde ses distances. Il faut dire que Annecy, Grenoble et Pelvoux sont dans sa zone de diffusion et qu'il y a un peu plus de grenoblois et d'anneciens que de pelvousiens. Si on ajoute que le Dauphiné Libéré fait partie du conseil d'administration de l'association Pro-Grenoble 2018, rassemblement du monde économique grenoblois pour la candidature de Grenoble, on comprend mieux sa réserve.

 

 

Retour sommaire

_______________

Adhésion sans enthousiasme de Vallouise

(20 décembre 2008)

Le conseil municipal de Vallouise adhère à la candidature par la plus petite des marges, 7 voix pour, 1 voix conte, 6 abstentions et 1 absent.

 

 

Retour sommaire

_______________

Soutien du CG des Hautes-Alpes

(20 décembre 2008)

En apportant 80 000 € pour financer le dossier de pré-candidature aux JO de 2018, le conseil général apporte son soutien à la candidature de Pelvoux à la quasi-unanimité moins 1 seule abstention.

Toutefois on remarquera que ces 80 000 € ont été dégagés sur une opération dite moins prioritaire d'assainissement dans le Pays des Écrins qui, pas prête, a été reportée. Signalons tout de même que l'assainissement et le traitement des eaux usées doit être l'une des toutes premières priorités du Pays des Écrins, éléments essentiels de son excellence environnementale. Voir aussi.

Le plus de la rédaction de France-Info du 19 décembre a été consacré à Pelvoux avec une interview de Gérard Sémiond et une de Jean-Marc Passeron.

 

 

Retour sommaire

_______________

2018 ou 2024, faudra-t-il choisir ?

(16 décembre 2008)

C'est ce que laisse entendre Jacques Rogge, président du CIO. En tout état de cause, ce sera l'un ou l'autre, pas les 2. Comme il semblerait que l'objectif final pour la France soit 2024, la candidature pour 2018 ne serait qu'un tremplin ...

Pour en savoir plus ...

 

Retour sommaire

La candidature écolo des Hautes-Alpes sur le Figaro.fr

_______________

Caution de Mountain Riders

(14 décembre 2008)

L'association Mountain Riders, engagée dans le développement durable en montagne, apporte sa caution à la candidature nature de Pelvoux. Elle sera en particulier associée à l’élaboration et à la réflexion tout au long du projet pour une application concrète du développement durable dans l’ensemble des sujets traités et pour l'établissement du Bilan Carbone™ du projet (bilan 2008 et prospectives 2018 et 2019).

 

 

Retour sommaire

_______________

Grand écart à la région

(14 décembre 2008)

Après avoir apporté son soutien à la candidature de Nice, Michel Vauzelle, président de la région PACA, l'apporte maintenant à celle de Pelvoux, tout en réaffirmant son attachement au projet concurrent Alpes Méditerranée !

 

 

Retour sommaire

_______________

Les Alpes-de-Haute-Provence divisées

(10 décembre 2008)

Alors que Barcelonnette, Digne, Manosque, Sisteron, etc., Allos dans le haut Verdon, soucieux d'être le futur point de départ des Balcons du Mercantour, et de façon plus surprenante Uvernet-Fours et Pra-Loup apportent leur soutien à la candidature de Nice.

Le maire de Barcelonnette explique que pour lui la candidature de Pelvoux correspond à un retour aux sources des sports d'hiver, à l'opposé de celle de Nice qui sera moins respectueuse de l'environnement. En contrepartie de son soutien et de celui probable de la communauté de communes de l'Ubaye, Barcelonnette pourrait se voir confier l'organisation des épreuves de curling, avec donc la construction d'une patinoire.

Le maire de Uvernet-Fours, commune où se trouve la station de Pra-Loup au dessus de Barcelonnette, considère que la candidature de Pelvoux-les Écrins ne présente pas d'atouts majeurs par rapport à celle de Nice avec qui nous sommes en phase. Cela fait désordre.

 

 

Retour sommaire

_______________

La carte des sites dévoilée le 24 décembre

(04 décembre 2008)

La carte des sites devrait être dévoilée en grande pompe à Pelvoux le 24 décembre.

Entre autres lieux possibles déjà évoqués, les épreuves de patinage artistique devraient avoir lieu à Embrun avec donc la construction d'une patinoire et les épreuves de ski alpin de descente, géant et combiné aux Orres sur la piste d'ores et déjà homologuée de la Pousterle.

 

 

Retour sommaire

_______________

Le monde économique derrière Pelvoux

(04 décembre 2008)

Les corps consulaires et syndicats professionnels des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes se sont réunis à Pelvoux pour apporter leurs soutiens à la candidature de Pelvoux-Écrins 2018.

Accueillis par le maire, Gérard Sémiond, et le président du Pays des Écrins, Cyril Drujon d’Astros, ils ont tenu chacun à confirmer leur engagement y compris financier aux côtés du Comité d’organisation.

Avant tout soucieux de retombées économiques et de désenclavement, aucun des participants ne s'est engagé dans une démarche de développement durable qui devrait pourtant être intimement liée à une candidature nature prônant le retour aux sources. À une autre occasion, peut-être pour que tout le monde tire dans le même sens.

 

 

Retour sommaire

_______________

Soutien italien

(01 décembre 2008)

les soutiens des voisins italiens se confirment avec leur accord pour l'utilisation des pistes de luge et de bob et des tremplins construits pour les jeux de 2006. La gare TGV d'Oulx et l'aéroport de Turin seront associés à l'accord de collaboration.

 

 

Retour sommaire

_______________

Marseille soutient Pelvoux

(28 novembre 2008)

La ville de Marseille apporte un soutien affectif et stratégique à la candidature de Pelvoux, la montagne des marseillais. Espérons un soutien également financier si la candidature se concrétise.

 

 

Retour sommaire

_______________

Ernst & Young en piste

(26 novembre 2008)

Le cabinet Ernst & Young a été retenu pour préparer le dossier de candidature de Pelvoux. Il faut faire vite car il semblerait que le choix des sites des épreuves ainsi que la détermination des équipements à réaliser ou à compléter n'ont toujours pas été effectués.

 

 

Retour sommaire

_______________

Quel projet ?

(12 novembre 2008)

La réunion publique du 7 novembre à l'Argentière-la-Bessée devant une centaine de personnes n'a pas encore permis d'avoir une idée précise du projet. Cette fois, c'est le village olympique qui migrerait de Serre-Ponçon à Briançon, sans aucune certitude d'ailleurs sur sa localisation finale. Par contre, le centre de presse devrait être situé à Mont-Dauphin.

Comme l'a rappelé le président du Pays des Écrins : C'est clair, c'est un rêve. Mais le CNOSF et le CIO auront les pieds bien sur terre lorsqu'ils se pencheront sur les candidatures.

 

 

Retour sommaire

_______________

Préparer les dossiers

(6 novembre 2008)

Les dossiers de candidature devront être déposés le 21 janvier 2009 et un premier oral de 45 minutes aura également lieu ce jour-là.

Dans une interview à Skichrono, Pierre Mazeaud apporte son soutien à Grenoble qui selon lui  a les reins plus solides qu'Annecy sur le plan financier et pense que les élus isérois sont plus déterminés que leurs homologues haut-savoyards. Il ne semble pas croire à la répétition de l'expérience mer-montagne sur deux JO de suite à Sotchi en 2014 et à Nice en 2018.

Lire l'interview

 

Retour sommaire

_______________

Les conseils approuvent la candidature

(31 octobre 2008)

Le conseil communautaire du Pays des Écrins et le conseil municipal de Pelvoux ont approuvé la candidature aux Jeux Olympiques, à l'unanimité pour le premier, avec une voix contre pour le second, celle de l'ancien maire et ex président de la comcom. Bizarrement, le coût du site internet de Pelvoux a été mis sur la sellette alors qu'il montre toute son utilité dans la communication sur la commune depuis le dépôt de candidature. L'ancien maire a fait valoir sans véritablement être contredit que les subventions ne couvriront jamais la totalité des dépenses.

 

 

Retour sommaire

_______________

PACA soutient Nice

(29 octobre 2008)

Michel Vauzelle, président de la région PACA confirme son soutien à la candidature de Nice. Difficile d'être plus clair :  Les Alpes du Nord ont déjà été marquées, félicitées. Les Alpes du Sud doivent l’être aussi. D’autant qu’il y a le deuxième aéroport de France, et des infrastructures adéquates. Je tiens donc à réaffirmer mon appui à la ville de Nice, même si Pelvoux (petit village de 450 habitants qui s’est lancé dans la course à la candidature aux côtés de Marseille, à priori ; NDLR) est en piste. Les Jeux doivent avoir lieu dans une grande métropole donc je pense que nous avons les moyens de discuter intelligemment pour que le projet aille dans les Alpes du Sud et en particulier à Nice.

Dans le même temps, les deux cabinets d'experts PriceWaterhouseCoopers, représenté par son directeur Fabien Goffi, et EspertStad, représenté par Roland Louvet, qui avaient légitimé (sic) la candidature des Alpes du Sud, vont construire tous les deux le dossier de candidature de Nice - Alpes de la Méditerranée, nouveau nom introduit pour éviter la confusion avec les Alpes du Sud.

Pour en savoir plus ...

 

Retour sommaire

_______________

Motivations cachées

(28 octobre 2008)

La réunion publique qui vient d'avoir lieu a permis de confirmer quelques points : d'abord, Pelvoux n'est qu'un prête-nom ; ensuite, les motivations profondes semblent plus concerner la promotion du Pays des Écrins et le désenclavement ferroviaire du Briançonnais et des Alpes du Sud. que les JO proprement dit. Par contre, elle n'a pas du tout permis de se faire une idée précise sur le contenu même de la candidature, les informations fournies étant restées trop parcellaires et superficielles.

Mais par contre il y a, à mon sens, une 3e motivation cachée, consciente ou inconsciente, qui pourrait bien être plus importante que toutes les autres, à savoir donner aux habitants l'envie d'entreprendre. Les collectivités locales peuvent toujours donner l'impulsion, c'est fait et quelle impulsion, mais ce sont bien les habitants qui doivent construire leur avenir. Il s'agit de leur transmettre un message de dynamisme pour les inviter eux aussi à se projeter dans le futur et à se retrousser les manches, JO ou pas JO.

Morceaux choisis

Analyse détaillée à venir

Retour sommaire

_______________

Alpes du Sud : Pelvoux-Écrins 2018

(Octobre 2008)

Les Alpes du Sud, départements des Alpes de Haute Provence et des Hautes-Alpes,  présentent leur candidature aux Jeux Olympiques d'hiver de 2018. Le projet de candidature 'nature' sera porté par le Pays des Écrins et la commune de Pelvoux.

Pour en savoir plus ...

 

Retour sommaire

 

_____________________________________________

Les villages de la Vallouise

Vallouise     Pelvoux     les Vigneaux     Puy-Saint-Vincent

Vallouimages est indépendant de l'Office du Tourisme de la Vallouise et de l'Office du Tourisme du Pays des Écrins

 

Vallouise Magazine est hébergé par Promoweb

Site déclaré à la CNIL sous le numéro : 1147326

Première version Dernière version Dernière correction
Octobre 2008 Décembre 2012 Décembre 2012

 

Pelvoux - Écrins 2018 - la candidature Nature - Alpes du Sud / Marseille / Provence / France

Sommaire

Comment convaincre le CIO ?

Annecy humilié

eux interdits (?)

Analyse et bilan

Annecy emporte la décision

Pelvoux joue son va-tout

Annecy et Grenoble en finale

J-5 : Terrible douche froide

J-6 : La tension monte

Moutain Wilderness opposé à l'organisation des jeux

Alpes Magazine :

Une candidature en or

Espoir pour le tunnel de Montgenèvre

4000 soutiens à Paris en courant

Marseille s'engage pour Pelvoux

Soutien de la CIPRA

Soutien du Pays de la Meije

Liaison Serre Chevalier - Montgenèvre

Présentations au CNOSF

Grenoble :

Les jeux, un accélérateur de projets

Nice :

La montagne, partie vivante de Nice

Annecy :

L'expertise des grands événements

Pelvoux : L'esprit montagne

Large soutien des habitants du nord des Hautes-Alpes

Présentation des projets au CNOSF

La candidature a changé de dimension

À propos du financement par le CG05

Bonnes et mauvaise manières

Parler l'olympique

Le Dauphiné Libéré n'exclut plus Nice

Genève soutient Annecy

Présentation du projet grenoblois

Transport par câble dans la Vallouise ?

Grand messe de soutien à Pelvoux

Mépris grenoblois

Le Dauphiné Libéré

encense Annecy et enfonce Pelvoux

Façade verte à Nice ?

Vrai faux-retrait de la candidature de Grenoble

Serre Chevalier :

Retour  aux sources à l'envers

Nouveaux soutiens italiens

Arrogance niçoise

Projet olympique dévoilé

Quels soutiens de la PQR ?

Manque d'enthousiasme de Vallouise

Soutien du CG des Hautes-Alpes

2018 ou 2024, faudra-t-il choisir ?

Caution de Mountain Riders

Grand écart à la région

Les Alpes-de-Haute-Provence divisées

Les sites dévoilés le 24 décembre

Le monde économique derrière Pelvoux

Soutien italien

Marseille soutient Pelvoux

Ernst & Young en piste

Quel projet ?

Préparer les dossiers

Les conseils approuvent la candidature

PACA soutient Nice

Motivations cachées

Pelvoux-Écrins 2018

_______________________________

Les candidatures

Bilan d'étape

Analyse comparative

_______________________________

La candidature Nature

Conditions d'une candidature Nature

_______________________________

La candidature surprise

Analyse de la candidature

_______________________________

Projet olympique

Carte des sites

_______________________________

Vallouise magazine

Magazine d'information du Pays des Écrins

_______________________________

Le Pays des Écrins à la croisée des chemins

 Présentation et analyse

_______________________________

Quel coût ?

La phase de pré-requérance en cours coûterait 280 millions d'Euros. Pour la suite, le chiffrage devra être précisé.

80 % des équipements requis existent déjà, 20 % restent à construire. Mais il y aura immanquablement des travaux à faire, sans parler des infrastructures indispensables.

_______________________________

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sortie

Version 1.00

Octobre 2008