Pelvoux - Écrins  2018

Forum

Questionner Réagir

 

 

Accès

Plan

05290 Vallouise

Home Accueil
Bilan final
Analyse comparative
Candidature nature
Nouvelles
Projet olympique
Analyse de la candidature
Pays des Ecrins
La Vallouise
L'Argentière-la-Bessée 
Puy-Saint-Vincent station
 
 
Livre d'or  Forums

_______________________________

Un an après ...

Revenir aux sources

24 février 2010 - Pelvoux - Baptême de l'air en hélicoptère

Affiche agressive, aux couleurs criardes et à l'ambiance militaire. Une affiche de dénonciation et non de promotion. L'exacte antithèse en somme de l'affiche éthérée de la candidature, sur laquelle il faudrait  remplacer les 5 petits bonhommes  par 5  hélicoptères en couleur.

Pelvoux - Écrins 2018 - la candidature Nature - Alpes du Sud / Marseille / Provence / France

_______________________________

 

Pelvoux-Écrins.info est indépendant du site officiel de Pelvoux Écrins 2018

Pelvoux - Écrins 2018

Hautes-Alpes / Alpes du Sud

Bilan un an après

Pays des Écrins - Commune de Pelvoux

Un an s'est écoulé depuis le zéro pointé de la candidature de Pelvoux. et le terrible camouflet infligé par le CNOSF.

Candidature surprise et improvisée, uniquement médiatique à ses débuts, pour faire parler  du pays, tout le Pays des Écrins et au-delà avait fini par se prendre au jeu et y croyait ou faisait semblant d'y croire malgré les analyses objectives qui ne permettaient pas de parier un sou sur les chances de Pelvoux.

Qu'en reste-t-il dans le pays ? L'opération a-t-elle été profitable ? Quel bilan peut-on en tirer  ?

 

 

Ce bilan a été soumis à plusieurs acteurs du projet qui, d'une part ont fourni des informations complémentaires, et d'autre part se sont prêté au jeu du débat contradictoire.

Qu'ils en soient chaleureusement remerciés et félicités.

Pays des Écrins - Commune de Pelvoux

(cliquer sur la photo pour l'agrandir)

 

Les raisons de l'échec

Un échec pas assumé

Un investissement à long terme

Bilan financier

Conclusion

L'avis des acteurs

__________

Les raisons de l'échec

__________

Il ne faut pas chercher bien loin les raisons de l'échec. Elles ne se situent pas dans un hypothétique complot comme le laisse entendre le livre Jeux interdits de Sylviane et Jean-Marc Passeron, mais avant tout dans la faiblesse du dossier de candidature lui-même. Certes, il pouvait permettre d'organiser des jeux mais il était tout simplement inférieur à celui des 3 autres candidatures françaises. On en mesure d'autant plus les lacunes après avoir vu les jeux de Vancouver où toutes les épreuves étaient regroupées par nature alors que dans le projet de Pelvoux les épreuves de ski de piste par exemple étaient éclatées sur 3 sites. De même que les épreuves nordiques alors que l'on a pu constater l'importance du regroupement des staffs techniques de ces disciplines.  Les concernant, on frémit rétrospectivement à l'ampleur des travaux qu'il aurait fallu faire à Vallouise pour obtenir une boucle sélective suffisamment large et pour installer le stade d'arrivée.

Un de ses principaux défauts résidait dans la dépendance de lourds travaux d'infrastructure ferroviaire à la faisabilité douteuse dans le temps imparti et de toute façon déjà insuffisants sur le papier dans la mesure où la liaison prévue mettait Pelvoux à plus de 3 heures de son aéroport.

__________

Les fondements de la candidature étaient fragiles. Ils ne s'appuyaient pas sur une réflexion locale approfondie et concertée ni sur une stratégie définie à long terme. Il s'est avant tout agi d'opportunisme qu'on pourrait presque qualifier d'à la petite semaine. Le livre des Passeron indique clairement qu'ils ne connaissaient ni le Pays des Écrins, ni ses acteurs. Ils cherchaient tout simplement un point de chute pour continuer, peu importe que ce soit Pelvoux, Orcières ou Briançon, on aurait fait l'habillage qui convenait après, comme cela a d'ailleurs été fait pour Pelvoux. La candidature a été plaquée sur le pays dont la réactivité a été absolument extraordinaire, à déplacer les montagnes.

Les intérêts et les objectifs des uns et des autres étaient disparates, pas forcément opposés, mais parfois à peine complémentaires : l'objectif des jeux pour le couple Passeron, faire parler de Pelvoux et du Pays des Écrins pour les élus locaux, assurer sa promotion à moindre coût pour d'autres, activer des infrastructures pour le député. Le couple Passeron a occupé le devant de la scène et les autres l'ont utilisé sans se faire beaucoup d'illusions sur le résultat final.

Mais l'équipe était aux taquets et son manque de cohésion a éclaté au grand jour lors de la publication du rapport controversé du CNOSF avec des réactions excessives et en ordre dispersé qui ont provoqué l'humiliant zéro pointé lors du vote décisionnaire.

__________

La communication initiale a été mauvaise, l'argument stupide du c'est notre tour était contreproductif et ne voulait rien dire. Heureusement, elle a été largement amendée et la communication autour du retour aux sources et de la candidature nature est beaucoup mieux passée. Au point qu'à un moment, la mayonnaise a commencé à prendre et, à force de pratiquer la méthode coué, on a fini par se convaincre que ça pouvait aller au bout.

Mais l'organisation des jeux est affaire de raison et non de passion, de réalisme et non d'utopie. On connaît le résultat d'avoir cru l'inverse.

__________

Un échec pas assumé

__________

Le Pays des Écrins s'est donc retrouvé complètement groggy au soir du 18 mars 2009. Les partisans se sont tus, les opposants qui se taisaient et n'en pensaient pas moins ont à peine relever la tête. Tout le monde a voulu oublier très vite ce qui ressemblait fort à une humiliation et est passé à autre chose. Même le site officiel de la candidature s'est arrêté au 20 mars 2009 sans aucune analyse a posteriori ni bilan financier.  Quelques questions ont été posées sur le coût de la candidature lors des conseils municipaux mais elles sont restées sans réponse.

Plus grave, les réactions désordonnées et les petites phrases assassines à l'égard du rapport du CNOSF avec même une menace de procès ont gravement entaché la sympathie qu'avait suscitée la candidature. Une perte de sang-froid aux conséquences graves car le Pays des Écrins est probablement durablement grillé auprès du CNOSF pour organiser d'autres manifestions comme certains l'avaient évoqué un peu hâtivement. De toute façon, plus personne ne parle de ces projets. Néanmoins les réactions après la défaite ont été heureusement beaucoup plus dignes.

L'équipe a éclaté. Jean-Marc et Sylviane Passeron auraient aimé profiter encore un peu des largesses du COJO à travers un voyage à Vancouver et continuer à parler en son nom en vue de projets futurs. Il y a été mis heureusement bon ordre. Nathalie Simon, qui avait pourtant présenté le projet, a oublié le Pays des Écrins lors des Jeux de Vancouver en se rendant à Saint-Lary-Soulan et non à l'Argentière.

Ce fut quand même le projet de l'année 2009, et pourtant il a été à peine mentionné dans les vœux des élus. Le maire de Pelvoux, Gérard Sémiond, y a fait allusion pour regretter qu'on n’ait pas su entretenir un peu ce magnifique élan. C'est là en effet la grande déception.

Bref, il n'en resterait rien localement, juste un autocollant sur quelques voitures et des banderoles en mauvais état sur certaines maisons. Le soufflé serait instantanément retombé.

Le coup de grâce vient d'être asséner par Jean-Marc et Sylviane Passeron eux-mêmes dans leur livre Jeux interdits dont le titre en forme de mauvais jeu de mots suffit à lui seul à démontrer qu'ils s'interdisent toute autocritique et qu'ils n'assument ni leur échec personnel, ni l'échec collectif.

Le bilan ne serait-il que négatif ? Certainement pas, une seconde lecture moins superficielle est nécessaire.

__________

Un investissement à long terme

__________

La candidature a suscité un réel intérêt. L'impact médiatique a été énorme, principalement dans les catégories sociales supérieures et en direction des jeunes. L'analyse des publics touchés effectuée par l'Argus de la Presse indique que 50% des personnes partant en sports d’hiver, 48% des personnes partant en vacances à la campagne et 46% des personnes partant en vacances à la mer ont été sensibilisés par l’actualité de Pelvoux. De classe sociale supérieure, jeune et effectuant des vacances en France, le lectorat de Pelvoux en presse quotidienne nationale pourrait à terme être sensibilisé à l’actualité touristique du Pays des Écrins.

Certes, le grand public ignorant s'est un peu gaussé et a vite oublié, mais beaucoup, et surtout le monde de la montagne et les journalistes spécialisés ont découvert un pays sans complexe. Des journalistes sont venus, sont revenus durant l'été et depuis. Des articles sur le Pays des Écrins ont paru, d'autres vont paraître prochainement (1). C'est une notoriété en profondeur que la région a probablement gagné et que ces articles vont contribuer à développer auprès du public montagnard. Mais cette notoriété a ses exigences, notamment la continuité et la cohérence dans les actions et les projets.

En terme promotionnel, on a eu en quelque sorte un double effet de levier, la candidature a déclenché une large campagne médiatique événementielle, puis une prise de connaissance beaucoup plus en profondeur par la presse spécialisée avec des effets à plus long terme.

__________

La réflexion sur la candidature a permis de définir les fondements du développement du Pays des Écrins. Celui-ci semble bien s'être engagé dans une politique effective de développement durable avec une forte composante environnementale qu'il conviendra de formaliser dans le SCoT à venir. Plusieurs actions en témoignent déjà, mais il va falloir contenir les contre-réactions qui pourraient se faire jour.

Mais il faudra bien un jour ou l'autre obtenir des résultats concrets dans le domaine des transports (2) et passer réellement à la réduction promise du bilan carbone. Or, ni Pelvoux, ni Puy-Saint-Vincent ne font partie des stations pionnières dans ce domaine. Pourtant le projet est piloté par l'association Mountain Riders qui avait fourni son expertise à la candidature. Au contraire, alors que les transports constituent le principal contributeur au bilan carbone des stations, le Pays des Écrins continue à prospecter dans les pays de l'Europe de l'Est.

__________

Le projet mené en commun au démarrage d'une nouvelle mandature a soudé l'équipe d'élus et a permis de développer un esprit vallée, voire Pays des Écrins. Il semble perdurer. Mais il faudra impérativement renforcer la gouvernance de la communauté de communes. Celle-ci était déjà un des points faibles majeurs du précédent SCoT. Il ne peut y avoir d'action entreprise par l'une des municipalités en contradiction avec la stratégie commune comme on vient de le constater récemment, dans un domaine, l'événementiel, qui devait être géré par l'Office de Tourisme.

__________

Des personnalités de valeur se sont révélées ou confirmées à côté du député-maire de l'Argentière. Eh oui, des gens qui s'engagent et qui bossent ensemble, même si on n'est pas d'accord avec tout ou si on prête des arrière-pensées, eh bien, ça mérite le respect et l'estime ! On peut citer : le président de la communauté de communes qui devra néanmoins affirmer son leadership ; le maire de Pelvoux qui en a bluffé plus d'un et qui peut être fier de son culot - merci et bravo - mais qui aussi, de sa proposition de candidature à sa récente incartade, reste encore trop imprévisible ; le maire de Vallouise et tous ses collègues, solidaires de la candidature et soucieux de travailler ensemble et avec les forces vives du pays, associations de commerçants et artisans et autres associations ; le directeur de l'OT et son équipe qui ont abattu un boulot énorme et tous les bénévoles et acteurs anonymes qui se sont investis sans beaucoup de reconnaissance.

À eux toutefois de relancer la machine et de recréer l'élan de la candidature qui s'est éteint bien trop rapidement. La concertation autour du SCoT et le Plan d'Aménagement Solidaire en fournissent l'occasion. Les enjeux qui y sont relevés sont intéressants même si certaines solutions sont inadéquates (3).

__________

Bilan financier

__________

On ne peut en faire l'économie, d'autant plus que les critiques du citoyen lambda portent d'abord sur les sous, en se focalisant sur ce que ça coûte et en oubliant ce que ça rapporte.

Dépenses Recettes

Études, Pilotage :

Ernst & Young

Mountain Riders

Pure impression

Ifop

Autres

* Total

 

104 k€

9 k€

11 k€

10 k€

15 k€

149 k€

Contributions des partenaires :

Club des entreprises

Entreprises locales

Conseil Régional PACA

Conseil Général 05

Communes voisines (4)

Communes italiennes (5)

Offices de Tourisme (6)

Réserve parlementaire

* Total

 

19 k€

43 k€

125 k€

80 k€

15 k€

3 k€

25 k€

20 k€

330 k€

Dossier de candidature

50 k€

Ventes de produits

11 k€

Promotion, communication 248 k€ Autofinancement

120 k€

Frais de fonctionnements 42 k€ Déficit

28 k€

*** Total des Dépenses 489 k€ *** Total des Recettes 489 k€

Ce compte de résultat est plutôt honorable avec un autofinancement de 120 k€ couvert par l'excédent d'exploitation de l'exercice 2008 de la communauté de communes et un déficit de 28 k€ imputable à son résultat d'exploitation 2009.  Ce dernier montant correspond à peu près à 8 heures de dépenses du Pays des Écrins. La candidature n'a donc eu aucun impact significatif direct sur les finances de la communauté de communes et donc sur sa fiscalité ou sur d'autres projets. Par contre, les 148 k€ sortis de la poche de la communauté de communes sont à comparer à l'exposition médiatique estimée à 1,7 million d'€. Un fantastique ROI à court et moyen terme.

On notera toutefois que les soutiens des collectivités hors du Pays des Écrins sont finalement très décevants. La ville de Marseille n'a pas participé, aucune collectivité ou Office de Tourisme des Alpes-de-Haute-Provence n'a contribué et moins de 10 communes et OT des Hautes-Alpes ont contribué. On est donc très loin de la candidature des Alpes du Sud annoncée à grands sons de trompettes. Le Pays des Écrins s'est retrouvé bien seul, tout juste soutenu par le Briançonnais (Montgenèvre et Serre Chevalier essentiellement), Risoul et les Orres, et un peu par les communes italiennes impliquées. Même le nombre et la liste des entreprises ne montrent pas l'adhésion large des mondes économiques haut-alpin et haut-provençal que l'on avait pourtant mis en avant (à l'exception notable et presque contradictoire du BTP).

Au delà des chiffres et des belles paroles, ce manque de soutien est finalement la grande déception. La candidature n'a pas motivé au delà du Briançonnais et de l'Embrunais. Il y a eu beaucoup d'intox sur ce sujet.

En résumé, on est très loin de la catastrophe dépensière annoncée et les retombées médiatiques justifient à elles seules l'investissement réalisé. Par contre, il valait mieux s'arrêter là car le soutien quasi inexistant hors du Briançonnais et de l'Embrunais ne permettait pas d'aller plus loin, et beaucoup dans les mondes politique et économique ont finalement dû pousser un ouf de soulagement à l'annonce du résultat.

__________

Conclusion

__________

Ce fut une belle aventure, un projet certes utopique mais enthousiasmant, dont les habitants et les élus peuvent être fiers. La flamme ne peut pas s'être complètement éteinte, et s'il reste quelques braises, aux élus de la rallumer et de donner aux habitants le goût d'entreprendre, indispensable au développement économique, social et environnemental du pays.

__________

Vallouise, le 18 mars 2010

__________

Notes :

(1) Pelvoux, porte des Écrins et dans un prochain Alpes Magazine.

(2) On reparle de la déviation de la Roche-de-Rame, mais sans date précise, peut-être un début des travaux en ...  2015 ! La candidature n'a pas fait avancer d'un pouce la percée ferroviaire sous le Montgenèvre, ni permis de lancer un projet d'amélioration significative de la desserte ferroviaire du Briançonnais. Le trajet Marseille-Briançon en moins de 2 heures, seule durée permettant de concurrencer valablement la route, n'avait même pas été envisagée dans la candidature, ce qui en avait d'ailleurs constitué un point faible critique.

(3) Par exemple, on voit mal l'intérêt de transférer la 'patate chaude' du stationnement de Puy-Saint-Vincent à Vallouise, et où ?

(4) Montgenèvre, Risoul et les Orres, et c'est tout !

(5) Cesana Torinese, Clavières, Pragelato.

(6) Briançon, Montgenèvre, les Orres, Risoul, et Serre Chevalier.

__________

L'avis des acteurs

__________

Après avoir lu une première mouture de cet article, Cyrille Drujon d'Astros (CDd'A), président de la communauté de communes du Pays des Écrins, Gérard Sémiond (GS), maire de Pelvoux, et Raphaël Faure (RF), directeur de l'OT du Pays des Écrins, ont bien voulu se prêter au jeu des questions/réponses. Je les en remercie vivement.

__________

CDd'A : Je viens de lire avec grand intérêt votre bilan, qui me plait beaucoup même si je ne partage pas votre vision des choses en tout point. Il a en tout cas le mérite de nous inciter à nous poser les bonnes questions.

__________

GS : Je vous précise tout de suite que je ne suis pas totalement d'accord avec certains de vos commentaires, mais c'est bien normal.

__________

RF :  Je fais parti des gens qui lorsqu’ils perdent, une compétition par exemple, ne cherchent  pas d’excuse ! Lorsqu’on s’aligne sur une ligne départ, il faut en accepter les conditions, les contraintes, le résultat. Nous avons perdu ! nous n’étions pas les meilleurs, c’est tout …

__________

Quelle est votre opinion générale sur cette candidature et ses suites un an après ?

CDd'A : Je pense qu’il ne fallait pas laisser passer cette occasion tant pour le Pays des Écrins que pour le département. C’était effectivement un excellent moyen de décomplexer l’ensemble des habitants et des élus de notre territoire mais également de prouver à tous que même si nous présentons des handicaps, notre territoire peut avoir de l’ambition. Et puis c’était aussi le moyen de faire un gros coup de pub pour le Pays des Écrins, pourquoi s’en cacher !

Sur le fond de la candidature, je la trouve toujours excellente, même un an après. Cependant, autant le concept général me semblait être tout à fait en accord avec l’évolution des idées et des comportements, autant le choix des sites a dû composer avec une diplomatie politique incontournable. Je pense aujourd’hui que nous pourrions faire encore mieux avec des sites moins dispersés tout en gardant la dimension développement durable. Je ne pense pas que le même dossier eut pu gagner avec une ville comme Gap ou Briançon. Je pense que Pelvoux aurait pu gagner avec un dossier mieux travaillé.

Je crois également que cette candidature a su mettre le doigt sur nos forces et nos faiblesses tout en apportant un certain nombre d’idées et de solutions d’avenir.

Je peste régulièrement quand j’entends que le soufflé est retombé. En effet, après une candidature à l’organisation de jeux olympiques d’hiver, difficile ensuite de se positionner sur des dossiers de cette ampleur et surtout difficile de mobiliser un budget de cet ordre, même pour un projet ambitieux. Je vois aujourd’hui les difficultés que je rencontre pour mobiliser les élus sur de nouveaux projets ayant un peu d’ambition mais comportant quelques risques …

__________

GS : Ça a été une aventure formidable et je me demande encore comment autant de gens ont pu adhérer à ce projet. C'est tellement rare ! Ou plutôt c'est une première !  L'ensemble des forces vives (politiques, entreprises grandes et petites, sportives, Françaises, Italiennes) depuis Marseille jusqu'à Turin étaient à nos côtés*.  C'était il y a un an ! Que reste t- il un an après ?   Rien ! Heureusement Jean- Marc et Sylviane Passeron ont eu le courage de laisser une trace !

[* On a malheureusement vu qu'il n'en était rien dans les soutiens financiers (ndlr)]

__________

RF : Mon opinion reste la même qu’il ya un an. Cette formidable aventure a permis au Pays des Écrins de s’unifier autour d’un projet. Une union forte et sacrée qui aujourd’hui a permis de faire sortir plusieurs projets qui a mon sens n’aurait pas vu le jour.

Ce dossier a d’abord crédibilisé l’OT du Pays des Écrins, cet élément est à mon sens le plus important.

Ainsi donc de ce crédit, va naitre plusieurs actions concrètes, capitales pour le territoire :

1/ le transfert de l’organisation des grands événements à l’OT (dossier sur lequel nous étions depuis 3 ans), je vous encourage à consulter le dossier de presse de cet été, pour vois la richesse des actions qui arrivent, cet élément est essentiel pour notre secteur.

« Les préconisations » de Jean-Marc Passeron en la matière… m’ont fait légèrement sourire… Quel territoire va proposer 2 coupes du monde en 2011 : coupe du monde de ski alpinisme et coupe du monde de Kayak ?

2/ le Lancement de la centrale de réservation du Pays des Ecrins, enfin la possibilité pour nous de mettre en vente des produits sur tout le secteur, et qui sortent de que l’on trouve traditionnellement en centrale (voir les produits été 2010) mais ce n’est qu’un début. 

3/ enfin les gros chantiers structurant : La construction d'un nouveau Point Info à Vallouise, la Maison de la randonnée, qui sera la vitrine de notre territoire, où nous avons le projet de rassembler l’ensemble des socio pros du territoire. Idem à Freissinières et Puy-Saint-Vincent 1400 où la construction de 2 nouveaux Points Info  va être lancée. 

À non sens, tous ces projets ont pris leurs genèses dans le formidable travail et la cohésion qu’a crée le dossier des JO.

__________

Que reste-t-il de l'aventure et qu'a-t-elle apporté ?
__________

Pour le pays ?

CDd'A :  Ceci étant au niveau du Pays des Écrins les suites sont vraiment positives. Je crois que cela a installé une ambiance plutôt saine entre élus, cela a également donné à notre territoire de l’ambition et les futurs événements que nous allons organiser le prouveront.

En effet, je crois que sans cette candidature nous n’aurions pas organisé le congrès de l’ANEM. Nous sommes grâce à nos clubs et au financement de la Communauté de Communes les seuls à organiser deux épreuves mondiales. En 2011 avec le Canoë-Kayak et le ski alpinisme, activités qui collent à notre territoire. Je souhaite également nous positionner sur une épreuve mondiale de snowboard et d’escalade voire plus encore … Nous travaillons sur un développement du Trail des Écrins pour en faire l’une des épreuves majeures de ce type.

Nous travaillons également sur un mode de transport acceptable dans notre territoire avec à court terme une liaison Vallouise/PSV/Pelvoux et ensuite l’argentière/Vallouise.

Je crois donc que nous poursuivons l’aventure avec nos moyens.

__________

GS : Quelques signes montrent qu'on n'a pas fait ça pour rien. Par exemple, les statistiques du Syndicat National des Téléphériques de France (SNTF) montrent que seules les Alpes du Sud ont tiré leur épingle du jeu lors des vacances de fin d'année. En terme de chiffres d'affaires. Bon nombre de vacanciers sont venus skier dans la vallée car ils ont entendu parler de nous l'hiver dernier. 

__________

RF :  Ce qu’elle a apporté à part la cohésion, c’est bien sur l’impact promo qui en a découlée. Je ne partage pas vraiment votre avis, je ne retiens que les chiffres qui nous ont été transmis par l’Argus de la presse : 2,5 millions d’euros de retombées presse chiffrées. Je vous laisse apprécier cet élément à la lecture de la synthèse de l’Argus de la presse.

__________

Pour les élus ?

CDd'A : Comme je le dis plus haut, une réelle bonne ambiance s’est installée entre nous. Je pense également que cela a donné aux uns et aux autres un peu d’ambition.

A titre personnel, cela m’a permis de me faire connaître sur l’ensemble du département. Cette reconnaissance est aujourd’hui très précieuse car elle ouvre de nombreuses portes, notamment pour le bien du Pays des Écrins.

__________

GS : Pour les élus cette candidature n'a rien apporté du tout !  Dès le 19 mars 2009 le soufflé est retombé et chacun a repris ses habitudes (les bonnes et aussi les mauvaises) et c'est bien triste ! 

__________

RF :  Elle a permis à nos élus de se décomplexer, de se poser sur la scène nationale sans complexe.

__________

Pour les habitants ?

CDd'A : Difficile à dire, les retours sont plutôt bons et les gens très fiers de cette candidature. Ceci étant je pense que seul le fan de Pelvoux Écrins 2018 m’aborde à ce sujet.

__________

GS : Pour les habitants, je pense qu'il y a quand même un peu de fierté d'avoir participé à une si grande aventure. 

__________

RF :  Je pense que cela a eu une forte incidence sur le décision qui ont été prises ces derniers mois, notamment sur la possibilité pour nous d’organiser de grands rendez-vous.

__________

Comment relancer l'élan de la candidature pour donner aux habitants le goût d'entreprendre et de prendre leur avenir en main ?

__________

GS : Pour relancer un tel élan, je pense que c'est impossible à l'heure actuelle. Ce n'est pas une petite vallée comme la nôtre qui peut se lancer dans de grands projets . Le Conseil Général , peut-être. Encore faudrait-il le vouloir ! 

__________

RF :  De tout ce que je viens de vous décrire (mise en place de la centrale de résa par exemple) plusieurs applications concrètes vont être envisageables.

 Un nouveau PER est en train d’être monté, il est destiné à faire du territoire une référence en matière d’éco construction pour les vacances, j’espère que les socio professionnels auront l’occasion de se l’approprier.

 Enfin, nous faisons tout à l’OT, pour pousser à l’organisation de grands événements, plusieurs associations ou organismes sur le territoire en sont capables : Le team  du ski alpinisme, le club de snowboard, ... 2011, sera pour nous une année importante. J’espère qu’elle fera des petits …

 Donner aux habitants et aux élus le gout d’entreprendre est un travail de tous les jours. Modestement, j’essais d’y contribuer.

__________

CDd'A : Voilà mon sentiment, survolé, sur cette aventure de Pelvoux-Écrins. J’ajouterai que pour le reste du territoire des Hautes-Alpes, je trouve que rien n’a été fait et rien ne se fait pour surfer sur cette dynamique. C’est dommage car seul le département pourrait mobiliser les fonds nécessaires pour organiser des évènements majeurs.

 

_____________________________________________

Pays des Écrins - Ailefroide Orientale (3847 m)

Le Pays des Écrins est situé dans la vallée de la Durance en aval de Briançon au sud du massif des Écrins.  Outre, la vallée de la Durance et ses versants, il comprend 2 grandes vallées affluentes en rive droite : la Vallouise, et, la vallée de Freissinières. Le vallon du Fournel situé entre les deux est inhabité.

Pelvoux, Vallouise, les Vigneaux et Puy-Saint-Vincent sont les quatre communes de la Vallouise, principale vallée du Pays des Écrins. Celui-ci regroupe un peu plus de 6000 habitants, dont plus du tiers sur la seule commune de l'Argentière-la-Bessée.

Pays des Écrins - Ailefroide Orientale (3847 m)

(cliquer sur la photo pour l'agrandir)

_____________________________________________

Les villages de la Vallouise

Vallouise     Pelvoux     les Vigneaux     Puy-Saint-Vincent

Vallouimages est indépendant de l'Office du Tourisme de la Vallouise et de l'Office du Tourisme du Pays des Écrins

 

Vallouise Magazine est hébergé par Promoweb

Site déclaré à la CNIL sous le numéro : 1147326

Première version Dernière version Dernière correction
Mars 2010 Mars 2010 Mars 2010

 

Sortie

Version 1.00

Octobre 2008